Des traces de pesticides dans des vins labellisés "haute valeur environnementale"

Des traces de pesticides dans des vins labellisés « haute valeur environnementale »

L’association bordelaise Alerte aux toxiques a dénoncé la présence de résidus de pesticides de synthèse dans 22 vins certifiés haute valeur environnementale (HVE).

Ce sont 22 bouteilles testées, toutes labellisées, à haute valeur environnementale, c’est vous dire si les domaines dont elles sont issues se soucient de la qualité de la nature où poussent leurs vignes. Mais certains sont taquins, comme l’association Alerte aux toxiques. Ses membres ont souhaité vérifier si le label était bien mérité. 22 bouteilles en provenance de Bordeaux, de champagne et de Languedoc à tester…sans modération. Selon l’association, toutes ces bouteilles contenaient des résidus de perturbateurs endocriniens, en tout 28 substances actives et notamment des traces infimes de néonicotinoïdes. C’est embêtant.

Le porte-parole du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux a réagi en parlant d’escroquerie intellectuelle et surtout il s’agirait de micro-traces largement inférieures au seuil autorisés. Selon une biologiste interrogée par le journal Le Monde, le problème ce n’est pas la dose mais le cocktail, comme toujours il ne faut pas dépasser la dose.

Label « haute valeur environnementale »

Si vous fréquentez les foires au vin actuellement, vous verrez peut être sur des étiquettes un logo très bucolique, un dessin où un vignoble et quelques arbres paraissent dans un éclat de soleil alors que s’envole un papillon, c’est le HVE.

Il concerne 1.400 vignobles en France et confirme ou confirmerait que non seulement le produit mais toute l’exploitation est vertueuse. Le bio prends du temps, demande des efforts d’où peut être la tentation de certains de profiter d’un raccourci en mettant quelques pesticides là où on ne devrait pas.

Le secteur du vin est l’un des milieu agricole où l’on utilise le plus de pesticides. La France en est gorgée et surgorgée et n’arrive pas à respecter ses engagements de réduction de pesticides. Le plan Écophyto prévoyait une réduction de 50% entre 2011 et 2018 et ça a bien fonctionné puisqu’il y a eu une augmentation de 25%. Le milieu du vin s’en passe difficilement avec de gros efforts mais la vigne même vertueuse, pousse à côté des champs qui peuvent être vaporisés de pesticides. Aujourd’hui, plus aucun effroi ne nous saisit quand on nous propose du vin bio et son fameux goût nature, le vin bio, respectueux de l’environnement progresse : +20% de surface bio en France. Promis, l’absence de pesticide fait quand même rouler le vin sur la langue.

Le plus : mystérieuses attaques d’orques au large de la péninsule ibérique

Une affaire bien étrange. Depuis deux mois, du détroit de Gibraltar en Galice, un groupe d’orque s’en prend aux bateaux en promenade. Début août, un voilier se fait arracher un gouvernail, un yacht de 10 mètres et le 11 septembre dernier, il s’est fait charger quinze fois par un orque. Alors que se passe t-il ? Revanche de la nature ? Orque malicieux ? Recherche de contact ? On ne sait pas. Les orques n’ont pas l’habitude d’être agressifs mais peur être qu’il s’agit de protection de territoires. La marine espagnol à conseillé un passage au large de cette zone.

La note : 16/20 à l’ambition de l’union européenne

La Commission européenne propose de viser une réduction de 55% des émissions de gaz à effet de serre de l’UE en 2030 par rapport au niveau de 1990, contre un objectif actuellement fixé à – 40%, afin de parvenir à l’objectif de la neutralité carbone en 2050. Le pied sur l’accélérateur contre le réchauffement climatique.

La rédaction vous recommande


Lire la suite

Ссылка на источник

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Go Top